La Compagnie Affable

La Compagnie Affable rassemble des comédiens autour des grands textes du théâtre, de la littérature, de la poésie et du cinéma.

48h en scène : le théâtre a aussi son festival 48H !

48h en scène festival théâtre logoAujourd’hui, on vous fait découvrir le festival de théâtre le plus rapide du monde : 48h en scène !

Alors, qu’est-ce que c’est ce festival 48h en scène ? Un marathon de 48 heures de spectacles, à regarder d’affilée, sans entracte et sans pisser… ? Une seule pièce de 48 heures, découpée en 4 tableaux de 12 heures chacun, jouée par des acteurs sourds-muets et surtitrée en français… ? Non ! C’est tout simplement l’adaptation théâtrale d’un concept qui existe pour les courts métrages, avec le 48H Film Project, par exemple.

Le principe est simple : le temps d’un week-end, les participants (« les Quarante-huitards ») vont devoir créer une courte pièce de théâtre (15 minutes maximum), puis la représenter sur un vrai plateau, devant un vrai public, et sous l’oeil d’un jury ! A la clé pour les gagnants, une ou plusieurs dates de programmation dans un théâtre partenaire… Mais laissons la parole à Juliette et Eliot, deux co-fondateurs du 48h en scène, qui nous ont accordé une petite interview.

Comment vous est venue cette idée ?

Juliette : En fait, on est un groupe de six étudiants de la Sorbonne-Nouvelle, spécialisés en médiation culturelle. Et il y a deux ans, on devait créer un projet culturel dans le cadre de nos études. On connaissait déjà le concept du 48 Hour Film Project, et on s’est dit qu’on pourrait l’adapter pour le théâtre. Tout le monde était emballé par l’idée, et assez rapidement, le projet a dépassé le simple cadre scolaire. On a voulu monter un véritable festival et l’enthousiasme des spectateurs nous a poussé dans cette voie… Après la première édition l’année dernière, on est repartis pour un tour ! Maintenant, on déborde d’idées pour faire grandir le festival !

Elles se déroulent comment ces 48 heures de création ?

Eliot : Alors, vendredi-samedi, c’est création. Dimanche matin, filage, et puis, dimanche après-midi, c’est la représentation. L’important, c’est que tout le monde parte de zéro le vendredi matin. On se rencontre, on dévoile le thème (l’année dernière, c’était « La contrainte »). Les équipes partent bosser chacune de leur côté, en toute liberté. Et le soir, on leur file des costumes, des accessoires, un peu de tissu et autres matériaux de base pour les plus bricoleurs… D’ailleurs, on a ajouté une contrainte cette année, on donne un même objet à toutes les compagnies, elles doivent l’utiliser dans leur spectacle. Il y a d’autres règles à respecter. Pendant la phase de création, pas le droit de sortir, pas le droit d’apporter des objets de l’extérieur, tout le monde dort sur place… on est en résidence totale dans le théâtre, en prison, quoi ! Puis le dimanche après-midi, il y a 3 pièces qui se succèdent, un entracte, et les 3 autres pièces, avant la délibération du jury, le vote du public, et un petit bord de scène avec tout le monde.

Il y a six compagnies qui participent ?

Juliette : Oui, c’est ce qu’on a décidé l’année dernière. On voulait 6 compagnies. Avec des amateurs, des étudiants ou des confirmés, c’est pas important. Mais les troupes doivent être composées de 6 personnes au maximum. On est allés dans les Conservatoires pour diffuser l’info auprès des jeunes comédiens et on a reçu une dizaine de candidatures. Cette année, c’était 15, on espère que ça va continuer dans ce sens !

Comment vous faites le tri ?

Eliot : Les compagnies doivent expliquer en cinq lignes pourquoi elles sont motivées, et répondre à des questions farfelues du genre « savez-vous faire la vaisselle ? »… On teste leur originalité, quoi. Puis, il y a un entretien de simulation. On leur envoie un thème imposé, et le lendemain ils viennent se présenter, et présenter leur proposition autour du thème. Cette étape est très importante, elle nous permet de découvrir l’univers des troupes, de varier les plaisirs et d’équilibrer les propositions finales du festival. Ah oui ! Il faut aussi que les compagnies aient un spectacle (presque) prêt à jouer, sinon le prix ne leur servira à rien en cas de victoire…

Pas faux ! Et le prix final est décerné par qui alors ? Le jury ou le public ?

Juliette : Il y a deux récompenses : un Prix du Jury, et un Prix du Public. Avec un lot pour chaque. La compagnie qui rafle le Prix du Public repart avec une date produite au Théâtre Par Le Bas de Nanterre. Créneaux de répétition, représentation, régie, communication… tout est fourni ! Pour le Prix du Jury, c’est une ou deux dates au Théâtre El Duende d’Ivry, avec partage des recettes. Les gagnants sont libres de jouer ce qu’ils veulent. L’année dernière, on était très contents parce qu’une compagnie a choisi de construire une pièce autour de sa création du 48h.

De qui est composé le jury du festival ?

Eliot : Il y a Marie Zabukovec, une jeune diplômée du CNSAD, qu’on vient de repérer dans Lourdes à La Colline. Jean-Luc Borg, le directeur artistique du Théâtre Par le Bas. Sylvie Pascaud, qui est professeure au Conservatoire du 6ème. Serge Saada, maître de conférences à Paris 3. Et François Rancillac, qui est directeur du Théâtre de l’Aquarium à la Cartoucherie de Vincennes

Ca me fait penser qu’on n’a même pas parlé du théâtre où a lieu le festival… !

Juliette : Tout se passe au Théâtre de Verre dans le 19ème, un super endroit avec plusieurs salles de spectacles, des salles de répètes et même une cour avec des vrais lapins ! Il y a aussi un espace d’accueil avec un bar pour la soirée de clôture du festival, et on amène notre propre DJ, qui mixera jusqu’à 22h !

48h en scène festival théâtre de verre

Et oui, après 48h aussi intenses, il vaut mieux se coucher tôt. Si vous souhaitez assister aux 6 représentations finales ce dimanche 4 juin à 15h (et faire la fête après), envoyez vite un email à 48henscene@gmail.com, il ne reste que quelques places… 

Pour plus d’information, voici la page Facebook du Festival 48h en scène.

Publicités

Un commentaire sur “48h en scène : le théâtre a aussi son festival 48H !

  1. topobiblioteca
    31 mai 2017

    Je trouve l’idée génial, cela donne au théâtre un effet neuf et frais =)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :