La Compagnie Affable

La Compagnie Affable rassemble des comédiens autour des grands textes du théâtre, de la littérature, de la poésie et du cinéma.

Le Monologue d’Adramélech de Valère Novarina

Le Monologue d'Adramélech Valère Novarina peinture Théâtre de la Bastille 1985

Scénographie du Monologue d’Adramélech à sa création au Théâtre de la Bastille en 1985

Adramélech raconte sa vie dans un long monologue, qu’il déblatère à bout de souffle, jusqu’à plus de rage… 

Adramélech ! Adramélech ! (Il entre) Satanés marmillards de billions d’apparents ! Six cent quatre-vingt-dix mille millions de trilliards de billions ! L’Adramélech, son labeur est à son comble. Adramélech !… Sire ? Je t’ai formé de limon. Et où je vais ? Bien à l’abri sous ton paletot de planches ronger ta souche vite éclusée. Oui Diable, j’y vais c’est sûr à toute vitesse. Ainsi je parle à celui qui me lorgnerait et m’épierait par la lunette. Les neuf quarts de nos vies sont mangés en heures stupides de stances de staces de va-et-vient ! Nous lèverons nos bras et votre tête va tomber. Ah je suis mal content de ma vie de trajet à stations ridicules ! Ma tête est trop triangulaire, pas assez ronde à mon idée : mes bras sont bons, pas assez longs et m’en manque huit pour en faire dix. Silence, Adraméon, Ablamélion, Ablamélech, tais-toi ou monte, mais parle plus ! Marne à ma pioche et glose à mes talons! Mille sommes en bas, une seule poignée occupe les lieux. Y sont dans leur séjour. Leurs yeux ne nous voient pas mais nous nous les voyons, mais leurs yeux nous voient pas et eux ne nous voient là. Silence, Albert Billoux, grimpe en silence, redresse la tête et donne du cul ! Adramélusse. Veille à ta gueule, vieux répliqueur, elle va bondir d’ma tête brandie, la locutrice, surgir d’mon hanche, sortir d’la tombe, t’mordre aux oreilles ! Le nombre de nos enfants est mort d’éparpillon, nos gigantesques provi- sions sont volatilisées, nous-mêmes sous peu allons au déguillegangladon.
Tranche, allez, hoche, parle, travers la bouche, lance-nous d’un mot fièrement lapé, un bon sifflet qu’il nous ébranle; de ton hochet vas-tu languer et percer l’air, réponds ou siffle, satané chant, vibre ! Qu’est-ce que tu veux que je réponde ? Veux plus répondre quand on m’appelle. Silence, votre voix empêche d’avancer les travaux ! Silence, vos travaux empêchent d’avancer le vol vocasson de mes voxes ! Silence, Abliblalech, ton babillage m’empêche de te compter les pas ! C’est le globe entier qui sombre à toute allure ! Épargne à nos oreilles tes jets stupides ! Qu’est-ce qu’il marmonne çui-ci-là, qu’est-ce qu’il bronche? Rien. Rouspète, gueule agitée. Je ne rouspète pas mais je lance ma clameur géante du trou du bord. Hmmm, hmmm, croyez pas qu’il va mordre ? Ça télégraphe, ça télégraphe ! Veux pas mordre, veux juste dire. Six cent quatre-vingt-dix mille billiards de milliards de trillions de billions! Veux pas mordre, veux juste dire.
Pour trop longtemps rien n’évolue nos positions, nul trajet ni changement ni modif de céans, rien vient, riant ou abondant, qui désentame l’extrême maigreur de ma pauvre portion. A bas l’allée-venue sempi- ternelle de logiston à rythmiston !
Arrêtez-le, chef, il résiste et nie galoper. Adramélech ! Mmmmm ? je t’ai formé de limon, ça te plaît pas ? Seul, il s’ennuie, sire. Fallait le doter d’un saxus, le con. Plantons quelqu’un auprès de ce polochon. Adramélech, insomniaque, voilà ton saxus. Merci. Plus une sœur. Merci. Je te flanque d’une sœur pour que tu piaffes moins. Bon- jour madame l’homesse, la percée. Cousin, voyez ma cible. Je vous reconnais, proie du reptat, vous êtes l’arrachée du reptant, toute droite issue du pont d’septembre. Je le sais bien, moi-même fendu j’en viens. Tu réponds rien ? A croire, à croire que l’astre obscur s’acharne lui aussi sur cette bouche obscure : rongeur mangé il s’en nourrit et s’y développe : je vais parler moi-même à ce trou par cette bouche obscure. Parler et le manger, parler et me venger par ce trou. Chienne brute de mes genoux, que me murmure ta langue ? Les murs de nos maisons sont-ils déjà mangés ? Et est-ce que nos airs arrivent encore entiers à vos oreilles ? Je ne puis vous entendre car mes oreilles sont en bois. C’est vos yeux moches qui sont crevés, zébresse de taupe! Aucun zèbre, il n’y a depuis longtemps plus d’animaux dans ces régions. A quoi que tu le vois ? Le fût vilain de la cloison. Bien qu’importe l’autre qui dit qui pionce, n’est point tardif bas plutôt d’intention de nuire, de nuire, de nuire, de nuire, de nuire. Mort à l’astre jaune à lumière blanche qui a mangé les animaux ! Maldalbulbe d’albumbliton ! Courage, mameluk, ouvre la hampe et dis salut au grand gobant : un jour il t’apporta lui-même entre ses dents. Est comme la courge et son courgeon : erreur et illusion. Le halètement suffocateur de c’t’astre jaune et rainuré répandait rien du tout du temps de mon carnage. Cette brigande-là n’y fut pour rien. Car j’en suis sorti formé tout seul. […]

Le Monologue d’Adramélech, Valère Novarina. N’oubliez pas qu’il est impossible de travailler un texte sans l’œuvre complète. Vous pouvez trouver le livre sur ce lien :

Le Monologue d’Adramélech – Valère Novarina

Voir notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition ou pour le plaisir)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 24 avril 2017 par dans Audition, Cours de théâtre, Théâtre, et est taguée , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :