La Compagnie Affable

La Compagnie Affable rassemble des comédiens autour des grands textes du théâtre, de la littérature, de la poésie et du cinéma.

Chronique du Festival d’Avignon OFF 2016 – « Booba VS Taubira »

Jeudi 14 juillet 2016. Onzième jour de notre aventure au Festival d’Avignon OFF 2016 : « Booba VS Taubira »

11h : Je passe sous La Queue du Mickey.

La Queue du Mickey parade Festival Avignon OFF 2016.JPG

12h : Les masochistes (cf. Chronique du Festival d’Avignon OFF 2016 – «Tracteur masochiste») courent de nouveau les rues avec une patte toute canine. Certains traînent un piano, non pas à queue, mais à tête de chien. D’autres s’attachent une collerette à la gorge pour mieux se noyer dans leur sueur…

13h : Christiane Taubira bat le pavé rue Guillaume Puy. Evidemment, je tente ma chance ! « Ah ! Enfin une femme politique qui clame haut et fort son amour de la poésie ! Permettez que je vous parle de mon spectacle… » Un militant socialiste demande une embrassade. Premier décrochage. En attendant, je fais du small talk avec le dircom, qui a le bras dans le plâtre. « Je disais donc… Césaire n’est pas à l’affiche, mais nous avons quand même La Fontaine, Hugo, Baudelaire… » Un responsable syndical voudrait un câlin. Deuxième décrochage. Je prends mon mal en patience, tandis qu’on s’embrasse en évoquant le doux souvenir de Jaurès. « Donc… Hugo, Baudelaire, et nous ouvrons notre répertoire à des poètes plus contemporains, comme Booba… » Une prof à la retraite a joué des coudes pour une dédicace. Je cherche une punchline pour faire mouche au prochain coup… « Comme vous, Madame Taubira, nous cherchons à rassembler, à dépasser les a priori, et c’est le sens de cette phrase de Booba que nous citons dans la pièce : « C’est sur le béton qu’on pousse, c’est à Fleury qu’on fâne… » Je m’attends à un effet bœuf, éveillant quelque chose d’hugolien chez la Garde des Sceaux, dans le genre « ouvrez des écoles, fermez des prisons »… Et non. Elle est partie serrer la pince d’un clampin qui aimerait lui lécher la poire. Soyons clairs, je ne m’attendais pas à disserter des heures avec elle sur le pentamètre iambique, mais j’osais lui arracher un semblant d’intérêt. Même Alain Juppé avait joué le jeu… (cf. Chronique du Festival d’Avignon OFF 2016 – «Booba VS Juppé».

Puisqu’elle est venue faire sa parade de campagne, me dis-je, je vais me contenter d’un selfie. Voilà comme on finit par faire le Mickey à Disneyland-sur-Rhône…

Taubira.JPG

Prochain épisode : « Garde le silence et souris »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 juillet 2016 par dans De La Fontaine à Booba, poésie, Théâtre, et est taguée , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :