La Compagnie Affable

La Compagnie Affable rassemble des comédiens autour des grands textes du théâtre, de la littérature, de la poésie et du cinéma.

« L’hymne au soleil » de Chantecler, dans la pièce d’Edmond Rostand

Chantecler Edmond Rostand
Monologue en vers pour homme (ou pour coq) extrait de Chantecler d’Edmond Rostand
Je ne chante jamais que lorsque mes huit griffes
Ont trouvé, sarclant l’herbe et chassant les cailloux,
La place où je parviens jusqu’au tuf noir et doux !
Alors, mis en contact avec la bonne terre,
Je chante !… et c’est déjà la moitié du mystère,
Faisane, la moitié du secret de mon chant,
Qui n’est pas de ces chants qu’on chante en les cherchant,
Mais qu’on reçoit du sol natal, comme une sève !
Et l’heure où cette sève, en moi, surtout, s’élève,
L’heure où j’ai du génie, enfin, où j’en suis sûr,
C’est l’heure où l’aube hésite au bord du ciel obscur.
Et ce cri qui monte de la Terre,
Ce cri, c’est un tel cri d’amour pour la lumière;
C’est un cri si furieux et grondant cri d’amour
Pour cette chose d’or qui s’appelle le Jour;
C’est tellement le cri de tout ce qui regrette
Sa couleur, son reflet, sa flamme, son aigrette …
Ce cri, qui vers l’azur monte en me traversant,
C’est tellement le cri de tout ce qui se sent
Comme mis en disgrâce au fond d’un vague abîme
Et puni de soleil sans savoir pour quel crime;
Le cri de froid, le cri de peur, le cri d’ennui,
De tout ce que désarme ou découvre la Nuit;
Et même – car ton œuvre, ô Nuit! te désavoue –
De la flaque qui veut miroiter, de la boue
Qui veut redevenir de la terre en séchant;
C’est tellement le cri magnifique du champ
Qui veut sentir pousser son orge et ses épeautres;
De l’arbre ayant des fleurs qui veut en avoir d’autres;
Et, lorsque monte en moi ce vaste appel au jour,
J’agrandis tellement toute mon âme, pour
Qu’étant plus spacieuse elle soit plus sonore
Et que le large cri s’y élargisse encore;
Avant de le jeter, c’est si pieusement
Que je retiens ce cri dans mon âme, un moment;
Puis, quand, pour l’en chasser enfin, je la contracte,
Je suis si convaincu que j’accomplis un acte;
J’ai tellement la foi que mon cocorico
Fera crouler la Nuit comme une Jéricho,
Et, sonnant, d’avance, sa victoire,
Mon chant jaillit si net, si fier, si péremptoire,
Que l’horizon saisi d’un rose tremblement
M’obéit !
Je chante ! Vainement,
La Nuit, pour transiger, m’offre le crépuscule;
Je chante! Et, tout à coup,
Je recule,
Ébloui de me voir, moi-même, tout vermeil,
Et d’avoir, moi, le coq, fait lever le soleil !
Chantecler, Edmond RostandN’oubliez pas qu’il est impossible de travailler un texte sans l’œuvre complète. Vous pouvez trouver le livre sur ce lien : ChanteclerEdmond Rostand
Voir notre liste de textes et de scènes issus du théâtre, du cinéma et de la littérature (pour une audition ou pour le plaisir)
Publicités

Un commentaire sur “« L’hymne au soleil » de Chantecler, dans la pièce d’Edmond Rostand

  1. Pingback: La mémoire évoquée en public avec le théâtre forum « Centre social Lou tricadou

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 2 mars 2015 par dans Audition, Cours de théâtre, Théâtre, et est taguée , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :