La Compagnie Affable

La Compagnie Affable rassemble des comédiens autour des grands textes du théâtre, de la littérature, de la poésie et du cinéma.

Night Call ou Nightcrawler – un film fantastique

Nightcrawler Jake GyllenhaalLouis Bloom est un sociopathe. C’est évident. Voleur, violent, menteur, manipulateur… Son apparence physique ne laisse aucun doute : maigre (Jake Gyllenhaal a perdu 9 kilos pour le rôle), teint blafard, cheveux noirs gominés et plaqués en arrière, allure et démarche guindées (il bloque ses épaules un peu comme Joaquin Phoenix se voûte dans The Master, Actor’s Studio quand tu nous tiens !)… Son débit froid et maîtrisé, sa fausse chaleur, sa flagornerie de façade, son numéro de charme mécanique, son arrosage automatique d’arguments rationnels et sa manie de marchander ne trompent personne… Il ne communique pas. Soit il boit les informations. Soit il essaie de les planter chez les autres comme des vérités non-négociables. Comment se fier à ce vampire ? De fait, au début, tout le monde l’identifie et le traite comme un nuisible*.

Night Call Jake Gyllenhaal

Puis, tout à coup, son pouvoir se révèle. Malgré son omniprésence au premier plan sur les lieux d’accidents et de crimes, malgré ses nombreuses infractions à la loi et au code de la route, il devient totalement invisible aux yeux de la police. Il est certes protégé par la nuit et l’immensité de la ville, mais on ne me fera pas croire qu’il puisse s’évanouir à chaque fois dans l’air comme une chauve-souris. Toute la ville est soudain subjuguée par ce vampire de l’image sensationnelle et en oublie la morale chrétienne : qu’il s’agisse de Nina (Rene Russo), la programmatrice de télé intelligente et cynique, des présentateurs vedettes, de la directrice de la chaîne, d’un vidéaste concurrent, ou d’un stagiaire docile et peu malin, tous succombent à sa morsure et à une soif nouvelle d’hémoglobine…

DraculaDan Gilroy nous montre un cliché de psychopathe – jumeau maléfique du Mentalist de TF1 – qui se transforme en Dracula un soir de pleine lune sur la highway de Los Angeles.  Et bien je préfère quand le genre fantastique s’assume, comme dans Twilight. Et dans la veine vraisemblable de la critique des médias, j’avais préféré Live!.

*C’est le sens littéral de crawler qu’on trouve dans le titre original Nightcrawler, substitué par un insensé Night Call pour le public français, qui est probablement encore trop con pour avoir le droit à de l’anglais véritable… Car crawler peut désigner dans cette langue un animal rampant ou un flagorneur. Nightcrawler est aussi un personnage mutant d’X-Men dont les pouvoirs incluent la téléportation et l’invisibilité… Merci à Paramount Pictures pour cette réduction instantanée de globish ! On aurait pu au moins suivre nos cousins québécois avec Le Rôdeur quitte à changer le titre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 30 décembre 2014 par dans Cinéma, et est taguée , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :